tournée d'enfer

Dans ce premier livre, le travailleur social barjolais dit tout de ses années noires, depuis la première bière, bue entre ados, jusqu’au retour à la vie sans alcool, dix-sept ans plus tard.

Le gaillard est connu dans tout le Centre Var. Carrure de boxeur, tatouages et bijoux saillants, il anime l’antenne locale d’ “Alcool assistance”, basée à Barjols. Là, on fait de la prévention contre les addictions en milieu scolaire ou professionnel, et on vient en aide aux malades et à leur entourage.

Pourtant, si nombre de personnes connaissaient vaguement le destin de Lionel Barra, peu en avaient une idée précise. Un livre, sorti ces derniers jours, vient exposer une histoire singulière, sans pudeur, sans retenue. Une fenêtre sur le quotidien d’un alcoolique, aujourd’hui guéri et qui veut montrer la voie aux malades, à leurs familles et aux différents acteurs politiques et sociaux.

Pourquoi ce livre maintenant, tant d’années après la fin de l’histoire?
En fait, le projet d’un livre a été lancé à différentes époques, avec différentes personnes et toujours arrêté (cette fois, c’est le journaliste Vincent Di Serio qui s’y est collé durant deux ans. Je ne voulais pas un texte trop noir. Il est surtout là pour porter l’espoir.

Vous êtes satisfait du résultat?
On n’est jamais complètement content d’un livre… Là, on arrive à un bon résultat: montrer comment fonctionne l’alcoolisme, comment le malade se voit, comment il envisage de s’en sortir, comment souffre son entourage…