Ma prière…le coude levé…

 

 

homme et femme berna lopez

1ére dizaine :
La nuit est longue.
Le jour ne se lève plus depuis longtemps.
Seul mon coude reste levé.
J’ai mal de ma misère et solitude alcoolique.
En plus je suis une femme, ce qui est moins conventionnel qu’un homme qui boit.
Faudrait-il saisir cela comme une chance?
Triste préjugé social, l’alcool nous décime tous de la même façon.
Mais Dieu nous aime tous de la même façon.
2éme dizaine :
Saisir au cours d’une chute, d’une rechute, l’ampleur du désastreux problème.
Je tends l’autre main, pas grand monde pour la saisir.
Mais toi Seigneur tu me vois, tu m’entends crier.
Un soir je constate l’urgence d’arrêter de boire.
Je rebouche la énième bouteille pas terminée et je vais me coucher.
Tôt le matin, je cours rue du Bac chez Marie.
La providence s’affiche sur un petit papier grand comme la paume de la main :
LES PELERINS DE L’EAU VIVE
3éme dizaine :
“Bienvenue à toi, il est bon que tu existes.”
L’accueil est chaleureux et sans jugement.
Ici ils savent ce que j’endure et il n’est pas besoin de s’expliquer, de se justifier.
Ici on peut parler et être écouté.
A travers les frères et les sœurs on a des preuves de la résurrection , des guérisons.
Le chapelet tisse une unité d’espoir.
La prière est bonne pour la santé, que tu sois croyant ou non.
4éme dizaine :
Le jour se lève sur Lourdes.
Il pleut la bénédiction de Marie et ses larmes sont de joie.
La solitude s’est transformée en multitude.
Mon coude n’est plus levé.
Mes bras sont grands ouverts et mon cœur apaisé.
Physiquement j’ai repris du galon.
Jésus merci pour ton Eau Vive.
5éme dizaine :
L’alcool est une illusion tissée de mensonges.
Je veux être libre.
Jésus, je te donne la main et toute ma confiance.
Tu es le chemin de vie, d’espérance, de miséricorde.
Je t’aime Jésus et pardonnes moi mes offenses. Ainsi soit-il. La paix du Christ.
Natacha L