Les Croix glorieuses

Quand des Anons, des pèlerins de l’eau vive, voient  s’amenuiser leur activité du fait d’une maladie sévère, d’un handicap qui s’alourdit, du poids du grand âge, ils peuvent devenir « Compagnons de la Croix Glorieuse ». Le compagnon de la Croix Glorieuse continue à pratiquer la charte des Anons du Seigneur dans la mesure de ses possibilités. S’il ne peut plus boire qu’une gorgée de son verre d’eau du matin, il le fera en récitant la prière des pèlerins,  lien puissant, mystérieux, qui unit tous les « Pèlerins de l’Eau Vive du monde entier.
Parole fondatrice de La Croix Glorieuse  des  Pèlerins de l’Eau Vive. (Cor 4 ;7-10)
« Mais ce trésor, nous le portons en des vases d’argile, pour que cet excès de puissance soit de Dieu et ne vienne pas de nous. Nous sommes pressés de toute part, mais non pas écrasés ; ne sachant qu’espérer, mais non désespérés ; persécutés, mais non abandonnés ; terrassés, mais non annihilés.
Nous portons partout et toujours en notre corps les souffrances de la mort de Jésus, pour que la vie de Jésus soit, elle aussi manifestée dans notre corps. »
 
La tâche de ces pèlerins de l’Eau Vive de la  Croix Glorieuse est d’offrir dans la communion des saints leurs souffrances présentes pour soutenir les malades  et leurs familles blessées par ce fléau « ALCOOL ».
Elles prieront plus particulièrement pour ceux qui peinent et traînent dans un long combat émaillé de rechutes, sans oublier ceux qui sont morts ou qui mourront sans avoir connu la libération de leur drogue. On leur confie les grandes intentions de la Mission et les amis dont le parcours est le plus difficile.
Cette branche mystique et contemplative sera le meilleur paratonnerre contre le péril mortel de toute division au sein de la mission des «Pèlerins de l’Eau Vive ».
Croix glorieuses

Les commentaires sont fermés.